Mouvement 2019 : ALERTE !

Actuellement, la Vendée est l'un des seuls départements de France à ne pas avoir débuté de négociations sur les règles du mouvement départemental. Pourtant, habituellement à cette date (21 mars), la circulaire est discutée, validée et publiée, le serveur est ouvert. En cause, outre le changement de directrice académique, la reprise en main par le ministère de l'ensemble des règles de mutation pour les personnels du 1er degré. D'ailleurs, de nombreux départements qui avaient initié des discussions ont dû tout reprendre devant la pluie d'injonctions ministérielles.

Où en sommes-nous au 21 mars ?

Le rectorat n'a toujours pas terminé la formation des personnels administratifs gérant le mouvement, car l'application informatique n'est toujours pas livrée par le ministère ! Ce retard est notamment dû à la volonté du Ministre de reprendre les mouvements départementaux en main et restreignant au maximum les marges de discussions locales. Avec ce nouveau logiciel, le ministère s'assure que les IA-DASEN respectent parfaitement ses consigne (confiance, es-tu là ?!).

La DASEN de Vendée a réuni les organisations syndicales représentatives pour la première fois à ce sujet ce jeudi 21 mars à 14h30 pour donner des premiers éléments du cadrage national. Un groupe de travail aura lieu le 1er avril, et un comité technique se réunira le mercredi 3 avril pour discuter du contenu précis de la circulaire et permettre aux syndicats d'expirmer leur avis par un vote. 

Le serveur devrait ouvrir du 23 avril au 7 mai, pour une CAPD 1er mouvement probablement mi-juin.

Aucun voeu ne pourra être saisi pour le 2nd mouvement, dont les affectations pourraient prononcées très tardivement !!!

Les délégué.es du personnels du SNUipp-FSU 85 sur le pont

Comme d'habitude, et particulièrement dans ce contexte, les délégué.es du personnel du SNUippFSU 85 interpellent, agissent, informent.

Nous organisons (dans l'urgence) une série de plusieurs réunions d'information syndicale décentralisées dédiées au mouvement départemental :

  • Mardi 26 mars 2019, 17h15 - 18h45 : écoles de La Mothe Achard, Saint Georges de Montaigu et Nalliers
  • Jeudi 28 mars 2019, 17h15 - 18h45 : La Roche sur Yon (Ecole des Pyramides)

Nous apporterons un maximum d'informations en notre possession et nous proposerons des modalités d'actions collectives pour porter les revendications de notre profession pour un mouvement transparent et équitable sur tout le territoire.

Ces réunions peuvent être déduites des 108h. Toutes les informations en cliquant ici.

L'intersyndicale unie et déterminée à agir

Dès janvier, le SNUipp-FSU et quatre autres syndicats ont demandé au ministre de surseoir à la mise en application des nouvelles règles et d’engager au plus vite de nouvelles discussions.

Impréparation, dysfonctionnements prévisibles, dégradation des conditions de mobilité et d’affectation : les conditions de mise en œuvre du mouvement des personnels ont de quoi inquiéter, s’agissant d’une opération particulièrement importante dans la carrière et l’organisation de la vie professionnelle et personnelle des enseignants des écoles. « La mise en application des directives nationales s’annonce comme un fiasco qui risque de dégrader durablement les conditions de mobilité et d’affectation et donc réduire encore davantage l’attractivité du métier. », déplorent ensemble le SNUipp-FSU, le Se-Unsa, le Snudi-FO, la CGT-Éduc-action et Sud-Éducation dans un courrier adressé au ministre de l’Éducation nationale le 6 février.

Nationalement, les quatre organisations demandent au ministre « de surseoir à la mise en œuvre de ces nouvelles modalités pour cette année et d’ouvrir de nouvelles concertations. » Elles lui demandent une rencontre au plus vite sur ce dossier.