Généralités un inventaire

Nos actions lors des instances paritaires

 

Lors des groupes de travail, le SNUipp-FSU 77 a présenté nombre de propositions afin de faire évoluer les règles du mouvement et les rendre plus «favorables» aux enseignants.


Nous avons à nouveau demandé une évolution du barème, avec la prise en compte des services auxiliaires. Sur ce point précis, nous n’avons toujours pas été entendus, l’administration continue d’exiger que le rachat de ces années de service soit effectif et que les collègues concernés produisent le titre de paiement.

Or les services chargés d'effectuer ce travail sont débordés et les dossiers en attente ne semblent pas avancer. Cette situation pénalise considérablement de nombreux enseignants, et pas seulement pour le mouvement ! La non-prise en compte dans l'ancienneté générale des services de ces durées parfois longues a également une incidence sur les passages d'échelon et sur l'évolution des carrières des personnes concernés.

Les collègues titularisés après le 1er janvier 2013 ne peuvent plus racheter leurs années de services auxiliaires, la règlementation le leur interdisant.

 

Chaque année, les élus du personnel du SNUipp-FSU 77 participent à des groupes de travail sur l'organisation du mouvement et font des propositions. Chaque année, chacune de ces propositions est défendue âprement, face à une administration qui n'aime pas les changements, surtout lorsque ceux-ci auraient pour effet de rendre le mouvement plus équitable !

Nous avons pu remarquer au fil des années que nos propositions, si elle ne sont pas retenues au moment où nous les faisons,  permettent d'enrichir la réflexion des uns et des autres. Parfois même, c'est l'administration qui les prend à son compte quelque temps plus tard ! Ainsi, cette année, les enseignants affectés durablement en éducation prioritaire verront, au bout de 5 ans, leur barème augmenter de 25 points !

Voici quelques unes des propositions que nous avons formulées afin de faire évoluer les règles du mouvement cette année :

  • Retour d'un protection carte scolaire d'une année pour les enseignants victimes de la fermeture de leur poste, afin d'éviter que certains d'entre nous puissent être touchés deux années de suite : la secrétaire générale qui semblait trouver cette proposition pleine de bon sens l'an dernier, estime maintenant qu'elle ne présente aucun intérêt...
  • Augmenter progressivement le plafond de la bonification d'exercice en continu en éducation prioritaire : actuellement plafonnée à 5 points, cette bonification pourrait être portée à 12 points (pour 12 années d'exercice en continu en éducation prioritaire). Si depuis plusieurs années et encore cette année au début des discussions la réponse de l'administration a été négative, la règlementation nous a donné raison ! Dorénavant, l'exercice en Éducation Prioritaire sera une priorité "légale" et permettra des bonifications de barème supérieures : 1 point par an pour chacune des 4 premières années d'exercice et 25 points au total pour 5 années consécutives. Sur ce dernier point, nous avons bataillé ferme pour que chaque année soit prise en compte, l'administration ne voulait accorder de bonification qu'au bout de 5 ans !
  • Retour d'une deuxième phase de recensement des voeux pour le placement afin de permettre aux personnes qui le souhaitent de postuler sur des postes restés vacants dans l'ASH. Notre administration préfère affecter sur ces postes particuliers des personnes non volontaires plutôt que proposer aux volontaires de se signaler ...
  • Respecter les "promesses" formulées à nos collègues qui ont accepté d'assurer un intérim de direction pour l'année scolaire 2017/2018 : L'inspectrice d'académie souhaitait supprimer la priorité et attribuer une simple bonification de barème de 20 points...Proposition que nous avons jugée peu généreuse et surtout peu respectueuse à l'égard des personnes concernées à qui la promesse de la priorité avait été faite lors de la prise de fonction !  Finalement, la priorité 5 sera encore attribuée cette année.